Brève histoire de l'orgue

                  

Créé en Grèce vers 270 avant Jésus-Christ par un fabriquant de jouets appelé Ctésibios, le premier orgue alimentait des tuyaux en roseaux par à un système hydraulique à pistons, mécanisme de son invention. Le célèbre Archimède, son ami, y apporta quelques améliorations. Des textes anciens de Vitruve et Cicéron nous offrent des descriptions techniques précises de ce premier instrument.


Quelques siècles plus tard à cause de sa puissance, l’orgue servit comme instrument de bataille dans l’empire Romain. Posé sur des chars, il enhardissait les troupes qui partaient au combat. On dit que certains de ces instruments pouvaient être entendus à plus de 30 kilomètres. Mais ces démonstrations jugées trop païennes disparurent avec l’avènement du Christianisme et on perdit alors toutes traces de l’orgue pendant des années…


À partir du Ve siècle, des documents attestent que l’orgue est devenu un objet d’art convoité et un présent royal à offrir à son suzerain : Certains documents décrivent un orgue orné de pierres précieuses et dont les tuyaux sont en or !


Ce n’est qu’en 827 à Saint-Savin dans le Poitou (France) que l’orgue fit sa première apparition « officielle » à l’église. Un siècle plus tard les archives parlent d’un orgue, « le plus grand au monde », qui est installé dans la Cathédrale de Winchester (Angleterre) : Il faut deux organistes pour le jouer avec les poings et 70 hommes forts pour en actionner les soufflets (sic).


L’esprit inventif des gens de la Renaissance contribua considérablement au développement de l’instrument. D’abord « l’abrégé » qui réunira les notes du clavier au centre plutôt qu’une touche vis-à-vis chaque tuyau, ce qui nécessitait souvent deux organistes… Ensuite, l’abandon de la taille constante pour gagner de l’espace : plus on se déplace vers l’aigu, plus les tuyaux seront étroits et courts…. L’invention du pédalier, le tirage des jeux à portée de main, la construction de grands buffets qui agiront comme des caisses de résonance, l'ajout d’autres claviers, l’invention de la boîte expressive permettant des nuances jusque là réservées aux autres instruments … autant d’éléments qui changèrent le visage de l’orgue.

 

Vers la fin du XIXe siècle, on perfectionne un système électro-pneumatique afin de détacher la console du grand buffet. Enfin et pour la première fois, l'organiste aura droit à une audition claire et nette de son jeu. Mais rien n’étant parfait, cela se fait au détriment du contact direct avec l’instrument, car dorénavant c'est l’électricité qui actionne les soupapes.  À notre époque, l’avènement de l’informatique est en train d’écrire un autre chapitre à cette grande histoire deux fois millénaire. 


Retour à Orgues

Réalisation : François Crépeault. Copyright 2012-2017 © claudelemieux.ca. Tout droits réservés